« Par le soleil et par l’éclipse ou Les Flammes d’une Vie » ; c’est le premier essai de W. A. Arsène Sawadogo, dont la dédicace a eu lieu ce samedi 30 janvier 2016, à l’église Saint Camille de Ouagadougou.

L’œuvre est une ‘’réponse’’ à plusieurs thèmes de la vie ; de ceux ouverts aux sujets dits sensibles et complexes : « Le Célibat sacré des Prêtres a-t-il encore un sens aujourd’hui ? »,« La vie vaut- elle la peine d’être vécue quand elle n’est que souffrance ? »« Vaut-il la peine de quitter le séminaire pour une fille ? »« Le prêtre doit- il parler de politique à l’église ? » ou encore « La beauté est- elle une croix ? ».

Abbé Sawadogo

Que retenir de « Par le soleil et par l’éclipse ou Les Flammes d’une Vie » de l’abbé W. A. Arsène Sawadogo ?

C’est l’histoire d’un prêtre qui, dans ses engagements, dans sa mission, va connaître des problèmes parce qu’accusé de pédophilie sur sa fille adoptive. Là, naît l’histoire de douleur de ce prêtre appelé à rester authentique pour assurer sa mission. Conduit en prison, il est maltraité et intérieurement déstabilisé. Une fois libéré, il hésite entre demeurer prêtre ou rompre avec le sacerdoce pour vivre au gré de quelques amours qui l’habitent. Finalement, il se résout à garder ses convictions, ses engagements sacerdotaux et à mener ses missions jusqu’au bout. « Le message que je veux passer, c’est que malgré tout, il est heureux d’être prêtre. Mais, on ne peut le dire sans entrer, sans dire quand même, la peine qu’il y a dans ce que nous vivons. Parfois, quand on regarde le prêtre, il y en a qui pensent que c’est un homme sans souci. Pourtant, ce n’est pas cela. Il y a un combat de tous les jours que nous faisons et c’est cela aussi qui nous donne la force d’avancer. Donc, le message aussi c’est : il est heureux d’être prêtre. Et Malgré tout ce qui se dit, les jeunes n’ont pas à se décourager vis-à-vis de l’idéal religieux », a dévoilé Abbé W. A. Arsène Sawadogo.
L’écriture de l’œuvre a démarré en 2008 alors même qu’il n’était pas encore ordonné prêtre. Mais, précise-t-il, il portait le désir de le devenir. Une façon donc pour lui de se poser des questions et d’écouter aussi « ce qui se dit par le prêtre et du prêtre »  ; inspiré en cela également par le scandale de pédophilie de 2009 qui éclaboussait l’Eglise.

C’est donc une invite à rechercher le réalisme dans l’appréciation des hommes d’église (ou de l’Eglise en général) à travers des sujets qui, lorsqu’ils sont abordés dans les médias, sont négativement présentés parfois.
L’Œuvre qui a reçu le mérite de sa hiérarchie a également eu des regards positifs des confrères de l’auteur, amis et connaissances qui n’ont pas manqué de relever la dextérité avec laquelle les différents aspects y ont été abordés. La littérature ‘’dans le sang’’ dès le lycée, W. A. Arsène Sawadogo, est une ‘’tête’’ bien connue également de la Semaine Nationale de la Culture (SNC) où il a été plusieurs fois lauréat dans les catégories du Roman et de la Poésie.

Né en 1984 à Zorgho, W. A. Arsène Sawadogo a fait le petit séminaire diocésain Saint Augustin de Baskouré puis, le grand séminaire Saint Pierre Saint Paul de Kosoogê à Ouagadougou. Il a poursuivi sa formation au sacerdoce au grand séminaire Saint Pierre Claver de Koumi.

En juillet 2011, W. A. Arsène Sawadogo est ordonné prêtre diocésain à Koupèla.
« Par le soleil et par l’éclipse ou Les Flammes d’une Vie  » est disponible à la librairie Jeunesse d’Afrique à une contribution de 4 500 francs CFA. Elle sera bientôt dans les paroisses de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Source : egliseduburkina.org