Textes  du jour: Ez  34, 11-12,15-17 ; Ps  23 ; 1 Co 15, 20-26.28 ; Mt 25, 31-46

Frères et sœurs,  que la paix et la grâce de notre Seigneur Jésus, roi de l’univers soient toujours avec vous ! Aujourd’hui l’Eglise célèbre la solennité du «Christ Roi de l’univers ».  Oui, le Christ est roi, le roi des rois, Seigneur des Seigneurs, Il est l’alpha et l’oméga (commencement et fin). Ce roi de gloire que nous célébrons, nous invite aujourd’hui à partager sa gloire. Les textes liturgiques nous donnent les traits caractéristiques de la royauté de notre Seigneur. Son régime est exceptionnel et entièrement régis par l’amour, la bonté, la miséricorde et la tendresse. Son pouvoir exécutif a pour seul but de rassembler toutes choses dans l’univers en Dieu. Dieu mettra toutes choses sous ses pieds. Tout lui sera soumis, sauf Dieu bien sûr qui lui soumet l’univers. Quand tout lui sera soumis, le Fils se soumettra à celui qui lui a soumis toutes choses, et Dieu sera désormais tout en tous (Cf. 1Co 15, 26-28).

Il rassemble pour sauver tous les hommes car Dieu sauve en formant un Peuple. Il est clair le Christ ne rassemble pas les hommes pour une campagne en vue d’une élection. Il est l’oint de Dieu, le Fils ainé du Père qui subsiste en lui avant toute chose, consubstantiel au Père, de même nature que lui et c’est par lui que tout a été fait, nous dit notre crédo. Son pouvoir est éminemment divin. C’est pourquoi il a pouvoir même sur la mort. Il est le roi qui  veut  affranchir ses sujets. Il est l’unique roi qui fait de ses sujets ses amis.  Je ne vous appelle plus  serviteurs,  car le serviteur ignore ce que veut faire son maître. Vous êtes mes amis car tout ce que j’ai appris de mon père je vous les ai fait connaitre (Cf Jn 15,15).  Le Roi de l’univers nous a affranchi de l’esclavage du péché et  de la mort en faisant de nous un peuple de racheté dont lui-même est l’unique bon pasteur.

Nous le voyons, il ne se réclame pas roi mais guide, berger de son troupeau. Il est le premier a observé les commandements de son père car lui-même a accepté de faire la volonté de son père en s’abaissant jusqu’à devenir semblable aux hommes. Mieux il est le bon pasteur qui a su donner sa vie pour protéger ses brebis contre les rapaces des fauves. Tandis que les rois de ce monde utilisent leurs sujets pour se protéger.  Leur peuple, en ce qui concerne notre pays par exemple crie insécurité. Un peu loin de chez nous nos frères et sœurs noirs sont vendus comme esclaves dans les déserts de la Lybie, en Mauritanie, dans les plantations de la Côte d’Ivoire. Les grands de ce monde font réellement sentir leur pouvoir. Parmi nous, il ne doit pas  en être ainsi. Les abus de pouvoir sont vécus et constatés au quotidien de nos vies. Chacun de nous fait ressentir et peser sur les autres son pouvoir.

La première forme  d’esclavage est celle vécue dans nos familles. Nous sommes parfois éduqués dans une mentalité esclavagiste. L’homme se dit maître de la maison et fait sentir son pouvoir sur la femme et les enfants. Il y a des hommes qui frappent leurs femmes ou les insultent à longueur de journée. Si le Christ est votre modèle comme vous le dite, imitez plutôt son exemple. Il est un chef humble.  Il a lavé les pieds de ses disciples pour leur laisser un exemple concret de service désintéressé.

Nous les hommes  de ACHD, (Association Catholique des Hommes du Diocèse)  notre modèle c’est le  Christ-Roi de l’univers.  Mais est- ce que nous sommes à l’image du Christ. Si oui, nous devons être des époux fidèles capables de donner nos vies pour nos épouses et nos enfants tout comme le Christ s’est livré sur la croix pour nous sauver. Sommes-nous capables et prêts à cela ?   Si oui, il faut ajouter que ce n’est cependant pas tous.  Je félicite au passage et je souhaite bonne fête aux hommes qui se  battent et qui se donnent pour le bien-être de leur famille.  Courage à ceux qui peine encore pour retrouver le chemin de l’engagement, engagement pour la famille, engagement pour l’église.  Dans votre sursaut d’orgueil masculin, dans votre réveil, il faut travailler de commun accord avec nos mamans et nos sœurs.  Elles sont des soutiens indéfectibles et indispensables dans l’exercice de votre responsabilité de chef de famille.  Ne prenons pas la femme comme notre esclave. Non seulement elles doivent travailler pour assurer le pain et l’eau dans de nombreuses familles. Et pire  encore certains hommes font  d’elles des objets sexuels.  Où se trouve votre chefferie dans tout cela ? C’est une pire forme d’esclavage et ce n’est pas ce  que le Christ nous a enseigné.  Il s’est dépensé tout entier en se livrant sur la croix pour les siens.

Mes frères, les hommes si vous collaborez très bien avec vos femmes, vous verrez qu’elles sont capables de grandes merveilles. Et si vous saviez compter sur leur soutien dans un dialogue franc, vous serez à l’image d’un canard dans l’eau. Le canard nage en toute tranquillité sans mouvement d’agitation à vue d’œil mais ses pattes pédales sous l’eau.  Que le Roi de l’univers nous donne d’être des chefs de famille doux, humbles et serviables.

La femme, elle aussi se réfugie sous le vocable émancipation pour fuir sa responsabilité de mère et éducatrice. Les enfants des autres sont maltraités, exploités, bastonnés dans nos familles. La domestique ou la servante pour ne pas dire l’esclave car c’est exactement le  même traitement, doit se lever à 04h00, pas pour prier mais pour travailler. Pendant ce temps nos enfants dorment et vont se réveiller pour l’insulter parce qu’elle a omis de faire ceci ou cela.  Où sont passées la tendresse et l’affection des mères ? Le christ roi de l’univers a été éduqué et soigné par une mère et il souhaite voir ses frères et sœurs bénéficier de ces mêmes soins maternels mais hélas nos cœurs se sont tout simplement endurcis. Il y a des mamans qui détestent même les fruits de leurs propres entrailles. Quelle pire esclavage que d’être méprisé et rejeté par les siens. Rappelons-nous de cette phrase de Jésus : vous n’avez qu’un seul maître Dieu et vous êtes tous frères. Comment un frère, une sœur  peut maltraiter son frère ou sa sœur ? Le Seigneur nous en demandera compte de toutes les façons. Si nous voulons lutter contre l’esclavage commençons par traité nos domestiques, les enfants qui sont confiés avec respect et dignité. Nous partageons tous par notre baptême la dignité de fils de Dieu, roi de l’univers. Pourquoi maltraités les fils et filles du grand roi ?

Frères et sœurs, le Roi de l’univers que nous célébrons nous  a tous racheté par son sang et pourquoi nous  vivons toujours dans l’esclavage du péché et de la mort ? Nous sommes sujets du péché parce que nous refusons que le Christ règne sur nous. Si nous sommes sujets, je dois plutôt amis de Jésus roi de l’univers nous devons mettre en pratique sa parole pour que son règne se répande dans notre monde et que sa volonté soit faite sur la terre comme au ciel conformément à la prière du « Pater » que nous récitons chaque jour (pour ceux qui prient).  La volonté du Roi de l’univers est que nous partagions sa joie à tous nos frères.  Pour le partage de cette joie la suite de l’évangile nous dit comment nous y prendre. Donner à manger aux affamés, rendre visite aux malades et leur apporter les soins nécessaires, rendre visite aux prisonniers en leur apportant la consolation. En un mot, il nous faut vivre la miséricorde de Dieu. Etre charitable envers tous et particulièrement les plus pauvres.

En fait le roi de gloire que nous acclamons en ce jour s’identifie constamment aux plus pauvres. Ce sont ces pauvres qu’il nomme petits quand il dit : tout ce vous avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait.

Notre roi désire être servi dans les plus pauvres, les sans-abri, les enfants que nous maltraitons, la veuve qui peine à trouver de quoi manger et se soigner, les orphelins ne partent pas à l’école faute de moyen. Toutes les fois que nous fermons les yeux sur ces petits, c’est Jésus souffrant que nous refusons de voir et de secourir.

L’extension du règne du Christ  est bloquée par l’esprit du mal. Les pires maux qui rongent notre monde sont l’égoïsme et l’indifférence.  Beaucoup de chrétiens  parmi nous viennent à l’église mais sont indifférents à la souffrance des autres. Si le Christ ne règne pas sur nos cœurs, jamais il ne saura régner sur nous et sur notre monde. A chacun de nous de voir si le Christ est réellement notre roi. Et quel type de roi est-il pour nous.  Ce qui est sûr la royauté du Christ n’est pas de ce monde. Mais le monde lui sera soumis puisqu’il en est le souverain créateur. Quand le Christ reviendra, ceux qui l’auront reconnu comme roi et qui se sont efforcés à suivre sa loi de charité prendront part au banquet de noce préparé pour eux et ceux qui auront refusé qu’ils règnent sur eux sauront se réfugier chez leur roi le diable où le feu éternel sera leur récompense.  Que le Christ-roi de l’univers nous donne la grâce de toujours nous laissés guidés par son amour pour être des troupeaux dociles qui écoute la voix du berger. Que Dieu nous écoute et exauce nos pieux désirs, lui qui règne pour les siècles des siècles.

Abbé Gilbert GUIGANE.