A l’orée de la nouvelle année 2018, Monseigneur Paul Ouédraogo, archevêque métropolitain de Bobo-Dioulasso a livré un message. Lisez.

« Chers frères et sœurs, 2017 est entrain de vivre ses dernières heures. Bien sûr chacun de nous pourrait retourner aux premiers moments de cette année 2017 où nous nous souhaitions encore beaucoup de vœux pour la prospérité pour le succès, pour la paix et voir un peu ce que cette année 2017 a donné. Bien-sûr il y a eu des joies nous remercions le Seigneur pour cela. Il y a eu des réussites, du succès et nous remercions encore le Seigneur pour cela. Mais, c’est vrai il y a eu des épreuves. Il y a eu des échecs, nous avons vu notre pays régulièrement attaqué par des terroristes, des forces du mal qui ont endeuillé des familles. Nous avons vu également la maladie continuer son œuvre dans les familles atteignant tel ou tel membre et en définitive comme toutes les années il y a des joies, il y a des peines. Alors au moment où l’année nouvelle 2018 s’annonce, je voudrais tout simplement vous inviter à nous tourner vers notre Dieu pour lui demander de bénir cette année nouvelle. De sa bénédiction nous viendront la paix, le bonheur, la prospérité, la santé, que nous souhaitons et que nous nous souhaitons les uns aux autres. Demandons à Dieu de bénir cette année 2018 à tous égards, de donner surtout à chacun et chacune de nous la claire vision d’un Burkina Faso qu’il faut construire. C’est réellement un chantier. Ce pays que nous aimons tous sera un chantier de paix si chacun et chacune de nous veut bien y apporter sa pierre. Ce pays que nous aimons tous sera un vrai chantier de justice, un vrai chantier de réconciliation et de pardon si chacun fait un effort sur lui-même pour que son cœur soit plus accueillant, plus bienveillants envers les autres. Pour que son cœur, soucieux de créer aux autres des conditions qui les mettent réellement à l’aise dans une volonté de dialogue et dans une volonté de construire quelque chose  ensemble. C’est la grâce que je demande personnellement  dans ma prière à Dieu. Oui qu’il bénisse le Burkina notre pays, qu’il bénisse nos différentes communes, et une ville comme Bobo-Dioulasso Dieu seul sait si nous avons besoin de paix, de progrès, de réconciliation, de justice et de pardon. Alors je demande à Dieu de nous aider à faire de cette cité réellement une cité de paix, de justice et  de fraternité où nous allons nous donner la main les uns aux autres et où chacun va donner sa petite contribution pour que l’année 2018 soit meilleure pour celui ou celle qui est en face de lui, pour celui ou celle qui vit avec lui. Ceux et celles qui vivent avec nous, ceux et celles  pour qui nous travaillons, ceux et celles que nous croisons. Il ne s’agit pas seulement de se souhaiter une bonne et heureuse année, il s’agit de s’engager à faire à son niveau ce qu’il est est possible de faire pour que réellement les vœux que nous formulons soient réalités pour ceux à qui nous les adressons. Encore une fois je compte sur la prière, sur notre prière commune à tous. Ce Dieu qui nous a créé nous aime tous et il est soucieux de nous voir vivre en fraternité et en paix et il est prêt à nous donner les grâces dont nous avons besoin pour que 2018 soit réellement une année de paix, de joie, de bonheur, de prospérité, avec la santé pour tous. Bonne, heureuse et sainte année 2018 »

Emmanuel Sombié