Le samedi 2 juillet 2016, a eu lieu à la cathédrale de Bobo-Dioulasso, l’ordination sacerdotale de trois personnes. La célébration solennelle a été présidée par l’archevêque métropolitain de Bobo-Dioulasso en présence de l’évêque de Banfora, Lucas Kalifa Sanon, de l’archevêque émérite de Bobo-Dioulasso, Monseigneur Anselme Titiama Sanon et de nombreux prêtres sous le signe de l’unité et la paix.

Trois jeunes prêtres ordonnésFrère Emmanuel Kam, frère Gilbert Kaboré et l’abbé Evariste Benjamin Dambré sont ceux qui ont reçu le sacrement de l’ordre. A cette ordination présidée Monseigneur Paul Ouédraogo, les parents et amis venus d’horizons divers, Ouagadougou Pouytenga, Ouahigouya Banfora et bien d’autres endroits encore ont accompagnés les élus du jour. Au cours de la messe, ces trois prêtres ont donné des réponses fondamentales aux questions qu’a posé Paul Ouédraogo, questions qui les engagent à respecter leur engagements, le supérieur hiérarchique et à intégrer la fraternité de leur prédécesseurs. L’Archevêque Paul leur a prodigué de nombreux conseils au nombre desquels, savoir se mettre à l’écoute des gens, savoir s’investir pour guider le peuple de Dieu, savoir se faire serviteur, garder son calme au moment difficile. L’amour, l’unité et la communion sont les maitres-mots prononcés par l’archevêque. Celui-ci a souhaité qu’ils cultivent ces vertus envers le peuple de Dieu dont ils auront la charge, à l’endroit des autres confrères et de l’archevêque. « La fraternité n’est pas facultative » leur a-t-il conseillé. D’ores et déjà cette fraternité a été ressentie lorsque l’immense foule des prêtres a imposé les mains sur eux.

Monsieur Paul OuedraogoPaul Ouédraogo a remis à chacun d’eux une chasuble, une étole, un calice et leur a fait un baiser d’amour, toute chose qui témoigne déjà de la communion entre eux.  Monseigneur a invité également les fidèles à prier pour les prêtres. Les prêtres, élus du jour, se sont retirés afin de se vêtir de leur chasuble. Dès leurs nouvelles apparitions à l’autel, vêtu de leurs plus belles tenues de sacrificateurs, c’était des cris de joie, des danses, et son des instruments de musique qui les ont accompagnés à leurs places. Ces ordinations étaient une grande joie pour Monseigneur Paul Ouédraogo. « Cela fait 25 ans où nous n’avons pas connu d’année creuse. Nous disons merci à Dieu pour cela » a-t-il déclaré. Ces ordinations se sont déroulées dans une cathédrale qui a besoin d’être restaurée. Le premier responsable du diocèse a saisi l’occasion pour lancer un appel à qui peut donner un coup de pouce pour cela. Quant aux prêtres du jour, cette journée a été un moment inoubliable. Ils ont manifesté leur gratitude à tout le monde venu les soutenir.

Emmanuel SOMBIE