Abbé Hermann Baki  avec les jeunes

Abbé Hermann Baki avec les jeunes

Les jeunes des différentes aumôneries  de la ville de Bobo-Dioulasso ont effectué les 20 et 21 février 2016 une marche de carême dans le village de Pala situé à quelques kilomètres de Bobo-Dioulasso. Le thème choisi pour cette marche était « la miséricorde ». Regroupé par pôles, ils ont marché dans la prière en suivant les stations du chemin de croix. Au départ de cette marche de carême devant l’aumônerie de Sarfalao à 16 h, les jeunes ont bénéficié de la bénédiction de Monseigneur Paul Ouédraogo, archevêque de Bobo-Dioulasso.

Abbé Thierry Hermann Baki, aumônier général des jeunes

Abbé Thierry Hermann Baki, aumônier général des jeunes

Ils étaient des centaines à marcher dans les artères de la ville de Bobo-Dioulasso  pour se mettre à la recherche de Dieu.  Adoptant des attitudes de prière, les jeunes ont respecté quatre stations du chemin de croix avant  leur arrivée  à Pala aux environs de 18 h.Selon l’abbé Thierry  Hermann  Baki, aumônier général des jeunes, «l’objectif de cette marche de carême, c’est de rencontrer le Seigneur, de le voir, de l’écouter et de se laisser transformer par lui  ». Le chemin de croix, le rite pénitentiel, les conférences, les carrefours et la messe ont été les  moments forts de la marche. Aucun signe de fatigue n’a été perceptible sur le visage des marcheurs. A Pala c’est la célébration pénitentielle qui a  suivi ainsi que les confessions individuelles pour les péchés graves. Deux conférenciers de taille ont tenu les jeunes en haleine pendant un bon bout de temps.  Le premier à  savoir l’abbé Bernard Yabré, diacre au grand séminaire de Koumi  a fait un exposé sur la miséricorde. Au cours de cet exposé, la participation des jeunes a été active. C’est aux environs de 1 h du matin que les jeunes ont eu droit à un temps de répit.  Dans un questionnaire traité en petit groupes,  ils ont restitué ce qu’ils ont pu retenir des exposés.  Ce sont entre autres,  que  le mot miséricorde vient du mot latin miserior qui signifie « j’ai péché », et la miséricorde qui veut dire « l’amour de Dieu qui pardonne ». Jésus est le visage de Dieu qui pardonne. Les œuvres de miséricordes corporelles telles qu’ensevelir un corps et les œuvres de miséricordes spirituelles tels que prier pour un malade sont les types d’œuvres de miséricordes. Le temps de l’année de la miséricorde qui a commencé le 8 décembre 2015 correspondant à la  fête  de l’Immaculée Conception et qui prendra fin le 20 novembre 2016, correspondant à la fête du Christ Roi de l’Univers. Quant au second enseignement livré par l’abbé André Ouattara, les jeunes ont retenu que la paix n’est pas seulement l’absence de la guerre, la paix est liée au développement, les jeunes constituent une force pour la paix.

Isidore Kissou, un jeune de Lafiabougou

Isidore Kissou, un jeune de Lafiabougou

Un jeune Isidore Kissou  a donné son impression par rapport à cette marche de carême. « Cette marche de carême nous a permis de quitter notre petit monde pour aller au désert afin d’écouter la voix de Dieu » a-t-il déclaré. Une messe solennelle a clôturé les activités des deux jours de marche. Il est bon de noter que l’organisation de la marche incombait à tout le monde. Ainsi, les tâches étaient reparties aux différents pôles. L’on pourrait voir par exemple que le pôle de Sarfalao devrait préparer la messe, Lafiabougou la célébration pénitentielle, les scouts devraient assurer la sécurité etc. Pour l’aumônier, « ce moment a été très favorable  pour certains jeunes de rencontrer le Seigneur  et cela nous réjouit le cœur et nous donne le courage d’aller de l’avant. Beaucoup ont tiré leçons qui les aideront dans leur vie chrétienne » a-til déclaré. Avant que les jeunes ne rebroussent chemin aux environs de 15 h 30,  des informations leur ont été livrées parmi lesquelles l’annonce sur le pèlerinage des jeunes  intitulé « pelé  jeunes » prévu pour le 03 avril 2016.

 Emmanuel  Sombié (correspondant)