« Le cadre de Fabédougou élève l’âme à Dieu » dixit le cardinal Philippe Ouédraogo

Les fidèles catholiques du diocèse du Banfora se sont rendus le dimanche 11 février 2018 à Fabédougou pour le pèlerinage annuel. Ils ont prié et par des chants et des danses, ils ont exprimé leur joie d’accueillir son éminence le cardinal Philippe Nakélétouba Ouédraogo qui a présidé la messe.

C’est sous le thème «Fidèles laïcs, avec Notre Dame de toutes grâces, engageons-nous dans l’Eglise et la Société pour bâtir un monde de paix » que les Banforalais ont effectué  pour la quatorzième fois leur pèlerinage sur les dômes de Fabédougou. Venus des villages de Niangoloko, Bérégadougou, Mangodara,   Sindou, Ouéléni, et bien d’autres localités qui constituent le diocèse, les fidèles catholiques se sont réunis autour de leur père évêque, monseigneur Lucas Kalifa Sanon pour prier. Mais c’est son éminence Philippe Nakélétouba Ouédraogo, cardinal, qui a présidé la célébration eucharistique. Cet hôte des habitants des Cascades était émerveillé du site du pèlerinage. « C’est fantastique » a-t-il dit.  « Ça élève l’âme à Dieu » a-t-il ajouté. au cours de la messe, des chants des danses, des processions dansantes et tout ce qui a donné un éclat de beauté à la célébration a permis à l’assemblée de prier. Ni le soleil, ni la faim ou la soif de participer activement à cette célébration.  Outres les confessions individuelles, les fidèles ont bénéficié de l’indulgence plénière qui n’est autre chose que le pardon accordé à toute personne qui ne pourrait pas l’avoir.

Il faut dire que ce pèlerinage était une occasion de célébrer les 20 ans de création du diocèse de Banfora et donc le 20ième anniversaire d’épiscopat de monseigneur Lucas Kalifa Sanon. A la fin de la messe, son éminence n’a pas manqué de s’adresser aux jeunes. Il leur a prodigué de nombreux conseils pour réussir dans la vie. Au nombre de ces conseils l’on peut retenir le travail. Ce mot travail, le cardinal s’est appesanti longuement là-dessus. Il leur a aussi demandé d’abandonner les grèves. En remerciant les fidèles pour leur accueil aimable et sympathique, le cardinal les a exhortés à s’engager dans l’unité pour bâtir une église vivante, sainte et missionnaire.  Il a apprécié la sève du rônier qui est le « Bandji ».

Emmanuel Sombié