L’Organisation Dupont pour le Développement social (ODDS) a organisé le mercredi 13 mars 2019, une campagne de plaidoyer en faveur des enfants en situation de handicap intitulé « tirer la sonnette d’alarme » dans la cours des écoles de Colsama de Bobo-Dioulasso. L’objectif de cette campagne était d’interpeler et sensibiliser le gouvernement, les décideurs, les acteurs et les partenaires de l’éducation pour rendre l’éducation inclusive pour tous les enfants. La cérémonie était placée sous le patronage du gouverneur de la région des Hauts-Bassins représenté par le conseiller technique, Inoussa Belem et le parrainage de Tahirou Traoré, président de la coalition de l’éducation pour tous.

Ce sont des milliers d’élèves qui se sont regroupés autour des autorités administratives pour tirer sur la sonnette d’alarme. Munis, qui de vouvouzela, qui de sonnettes, des sifflets, des tam-tams, qui d’instruments qui puissent produire du bruit, les enfants ont fait un vacarme très fort pendant une minute  pour se faire entendre des autorités. Ils espèrent par cet acte, toucher la sensibilité des autorités à l’effet de favoriser l’accès des enfants handicapés à l’école.

Selon la coordinatrice, la sœur Nathalie Dembélé, 73% des enfants handicapés ne sont pas scolarisés. Les causes premières sont l’inadaptation du système éducatif qui ne tient pas compte de la diversité des enfants à savoir entre autres, le manque de trames d’accès dans les classes, les toilettes, etc. La représentante des élèves Mariama Bâ, plaide pour tous ceux qui restent à la maison sont cachés par leur parents parce qu’ils sont handicapés ou simplement sortent dans les rues pour mendier parce qu’ils n’ont rien à faire. Parmi ceux qui partent à l’école 10% seulement sont inscrits dans les écoles publiques, 50% n’arrivent pas à terminer le cycle primaire. Selon le recensement de 2013, il existe 1851 enfants handicapés dans les Hauts-Bassins. Le maire Hermann Sirima, a salué l’initiative de cet événement.

Il a été touché par cette interpellation et s’est engagé à améliorer l’inclusivité des écoles dans son arrondissement à savoir l’arrondissement N°7. A entendre le parrain de la cérémonie, Tahirou Traoré, l’éducation est un droit pour les enfants et les formes de stigmatisation est une violation flagrante des droits de cette catégorie d’enfants. « L’éducation inclusive offre aux enfants en situation de handicap une prise en charge éducative au même titre que les enfants non handicapés » a ajouté le parrain. Le représentant du gouverneur quant à lui, a cité autres facteurs non moins importants qui empêchent l’accès de ces enfants à l’école à savoir entre autres nos préjugés, l’inadaptation des manuels scolaires où il n’y a pas l’écriture braille, le manque de formation des maitres etc. Il a invité tous les parents à envoyer les enfants en situation de handicap à l’école et à demander aux élèves la culture de la sympathie et de la solidarité. Il  s’est joint à tous les élèves afin de tirer la sonnette d’alarme pour l’éducation inclusive. A cet effet il a compté en decrescendo de 10 à O pour commencer. Il faut dire que tous les officiels se sont mis à la tâche pour tirer cette sonnette. Ils ont sifflé de toutes leurs forces. D’ores et déjà, la maman de Souleymane bénéficie du service de cette sensibilisation.

En effet, trois de ses enfants sont handicapés et un enfant a fini l’université grâce au soutien de l’ODDS. Par les medias, les medias sociaux, parmi lesquels Facebook, tweeter, instangram, etc, le relais sera assuré auprès des autorités a espéré la sœur coordonnatrice Nathalie Dembélé.

 

Emmanuel Sombié